Derniere mise à jour 04 Mai 2021

Temps de lecture : 6 minutes

Salut, moi c’est Hortense. J’ai toujours un projet en tête, parfois même un peu foufou… les derniers que j’ai portés ça a été la préparation de notre voyage rhéto et la création de TMP (temps de midi partagés) pour profiter du temps de midi pour permettre la rencontre entre des jeunes et des personnes seules. Du coup, je me suis dit que je te partagerais bien mes bons tuyaux 😉 

Tu n’as jamais fait de projet ? Pas de problème. Tu peux rejoindre un projet existant ou pourquoi pas tenter le coup. Dans ce cas, tu mettras toutes les chances de ton côté si tu sais t’entourer de ressources utiles. 

Tous ceux qui veulent t’aider sont les bienvenus à condition que leur aide soit constructive et bienveillante.

Je peux juste t’expliquer comment j’ai fonctionné pour réussir mes projets, après tu en fais ce que tu veux bien sûr.
D’abord, vouloir avoir fini avant de commencer, c’est pas un bon plan. 

Le mieux c’est : 

  • de prendre le temps nécessaire pour bien faire les choses,
  • de te dire qu’il y aura parfois des imprévus qui modifieront ton agenda, tes plans… 
  • de profiter de toutes les chouettes expériences et rencontres que tu vas faire pendant et après la réalisation de ton projet.

CONSEIL 1 : AVANT DE COMMENCER POSE-TOI LES BONNES QUESTIONS

Moi j’appelle les 5 W les 5 questions indispensables à se poser quand on commence un projet. 

W est la première lettre de ces 5 questions en anglais, c’est donc facile à retenir : What, Why, Who, When, Where.

  • WHAT? C’est quoi exactement le projet?
    Le mieux c’est de le définir clairement et lui trouver un nom court qui le représente au mieux pour tout le monde.
  • WHY? C’est pourquoi ce projet? Quel est son (ou ses) objectif(s) précis? Est-ce que cela a du sens de lancer ce projet (pour moi, pour les autres)? Et si ce projet n’existait pas?
  • WHO? Qui et pour qui? Qui fait quoi pour le bien de qui? En parler au moins avec les bénéficiaires semble nécessaire… qui se sent responsable de quoi? Qui contribue à quoi? Qui maîtrise quoi? Qui peut nous épauler?
  • WHEN? Quand le projet commence et quand il devrait aboutir?
  • WHERE? À partir d’où et où se déroule le projet?

Si tu ne veux pas perdre ton temps à refaire chaque fois tout, c’est franchement utile de garder une trace des questions posées et des réponses trouvées. Si tous ceux qui participent au projet ont accès à ces infos c’est encore mieux, alors partageons nos ressources.

CONSEIL 2 : CHOISIS LES OUTILS QUI TE CONVIENNENT LE MIEUX

… qui te conviennent à toi et bien sûr aussi à tous ceux qui participent au projet.

Les outils c’est par exemple les moyens de communiquer entre vous et avec les autres comme vos partenaires extérieurs. Si tout le monde ne partage pas le même réseau social ça va compliquer les choses. Si vous pouvez partager un agenda commun ou une appli pour planifier qui fait quoi et quand, ça vous permettra d’être efficaces et d’éviter les discussions inutiles. Bien sûr se voir pour construire ensemble c’est pas interdit !

2 outils indispensables :

1 outil de COMMUNICATION  1 outil de PLANIFICATION et d’ORGANISATION
  • pour se parler 
  • pour centraliser les infos
  • accessible à tous
  • facile à utiliser et complet
  • les réseaux sociaux peuvent être efficaces mais il faut que tout le monde utilise le même. 
  • faubouger.be : tous les membres du projet  dialoguent en privé sur le mur projet, partagent des liens… et tout reste dispo pour tous les membres (et sans hold-up des données !)
  • il existe des outils pour s’organiser en ligne (voir la partie « bien gérer ton temps » au point 4, page 131)
Le bon plan d’Hortense : Tracim propose tous les outils nécessaires au travail en équipe et à la gestion des connaissances au sein d’une application unique, et comme sur faubouger.be vos données ne seront ni partagées, ni exploitées à des fins commerciales. https://www.algoo.fr/fr/tracim

CONSEIL 3 : EXPLORE UN MAX 

LA PÊCHE AUX IDÉES

Un peu fouiner partout c’est facile. Un truc utile quand on cherche des solutions ou des nouvelles pistes et qui peut amener des idées géniales auxquelles on n’avait pas pensé à la base, c’est de « délirer » en faisant ce qu’on appelle un « brainstorming ».

Tout le monde exprime un gros micmac d’idées à gogo, les plus réalistes et aussi (peut-être même surtout) celles qui semblent les plus folles, ça permet de découvrir des pistes qu’on n’aurait pas imaginées au départ et qui sont peut-être juste géniales alors pourquoi s’en priver?

Et bien sûr quelqu’un prend des notes pour ne rien oublier. On choisira ensemble ce qui est le plus intéressant.

Télécharge des outils de brainstorming

LA PÊCHE AUX INFOS 

Les meilleures sont celles de projets qui ressemblent au tien et qui pourront te conseiller. On les trouve aussi auprès des associations ou des fédérations qui ont de l’expérience dans le domaine de ton projet. Curiosité et comparaisons indispensables !

Tu cherches des idées inspirantes? Va faire un tour sur faubouger.be la plateforme web de coopération dédiée aux projets des jeunes.

FAIRE LE POINT DE TEMPS EN TEMPS 

Ce que tu viens d’imaginer, est-ce une vraie bonne idée? Est-ce réaliste? Est-ce réalisable par exemple «techniquement»? L’objectif est-il vraiment intéressant ? Es-tu prêt à adapter ta vision et ton projet? As-tu besoin de ressources ou de compétences en plus? Quelles sont tes forces et tes faiblesses? Ce qui existe de semblable fonctionne-t-il et comment? Quelle énergie es-tu prêt à investir et pendant combien de temps? … 

CONSEIL 4 : IL FAUT QUE TOUT SOIT BIEN CLAIR 

PRÉCISIONS 

La réponse que ton projet propose au problème que tu veux résoudre doit être la plus précise possible : le problème doit être clairement défini et la réponse bien ciblée.

Un bon plan ?

1re étape : vérifier LES 7 CLÉS DE BASE DU PROJET 2e étape : QUI FAIT QUOI POUR QUAND ?
  1. est-ce que son objectif est bien concret?
  2. est-ce qu’il est défini dans le temps avec une date fixée de réalisation?
  3. est-ce qu’il est défini de façon constructive ?
  4. est-ce qu’il est évaluable selon des critères définis?
  5. est-ce que j’ai tout pouvoir pour le faire aboutir?
  6. est-ce que je sais avec qui, quand et où il sera réalisé ?
  7. est-ce que j’ai analysé ses conséquences, voulues ou non?
Définir concrètement les choses à faire, exprimées en verbes d’action. C’est ce qu’on appelle un plan d’actions. Ce plan peut prendre la forme d’un rétro-planning.

  • Répartir les tâches (qui fait quoi pour quand). 
  • Ajouter les ressources nécessaires manquantes.
  • Évaluer le coût des différentes étapes et actions définies.

Plus de détails au chapitre “Bien t’organiser” à la 

CONSEIL 5 : VAS-Y ET PROFITE !

Une fois que le projet se met en place, que des réalisations concrètes sont visibles, que des résultats arrivent, c’est le moment de prendre du temps pour apprécier même s’il faudra peut-être de temps en temps un peu adapter certaines choses mais c’est normal, ça fait partie de la vie d’un projet.

C’est aussi le moment de faire connaître la richesse de ce merveilleux projet. Donc d’en parler, de le montrer à travers des stories, des petites vidéos, des photos… ou tout ce que tu veux.

Catégories : Projets

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *