Derniere mise à jour 27 Avr 2021

Temps de lecture : 4 minutes

1- Ton premier jour

Les premiers pas dans la vie active peuvent être excitants, mais également stressants. La ponctualité à ton nouveau travail te permettra d’être plus à l’aise. N’hésite pas à prendre des notes pour les tâches plus ardues que l’on te confie. Montre que l’on peut compter sur toi.

  

2- Quel statut ?

 Le marché du travail belge connaît des statuts divers avec chacun leur cadre légal propre. Tu peux notamment travailler comme travailleur salarié. Tu réalises, dans ce cas, un travail avec un employeur et tu reçois en contrepartie un salaire.

 Les travailleurs intérimaires, les travailleurs d’une entreprise de titres-services, les artistes, les livreurs (type Deliveroo), les free-lances et les gardiennes d’enfants sont sous un statut spécifiques. La loi les considère cependant comme des travailleurs salariés.

Pour y voir plus clair : sur ces régimes particuliers et sur les statuts sociaux sur le site de la Sécurité sociale : bit.ly/2Sc8Bj6

Si tu travailles comme travailleur indépendant, tu génères aussi un revenu. Tu peux aussi être fonctionnaire (travail pour la fonction publique : état fédéral, région, province, commune).

 Tu peux également travailler comme bénévole pour une organisation sans but lucratif. L’organisation peut te verser une compensation limitée pour certains frais.

Télécharge un tableau récapitulatif pour avoir un aperçu des différents statuts spécifiques.

Tu peux également consulter le dossier « Statuts spécifiques » dans un centre Infor Jeunes proche de chez toi. Celui-ci reprend en détail les différentes caractéristiques inhérentes aux statuts de : intérimaire, artiste, artisan, accueillant(e) d’enfant, volontaire, stagiaire, travailleur occasionnel dans l’HoReCa, travailleur saisonnier occasionnel, sportif rémunéré, aidant proche.

2- Tes congés ?

 Dès que tu travailles, tu as des droits en matière de sécurité sociale tels que le droit au congé. La première année suivant les études, tu ne peux cependant pas prendre des congés payés complets. Les vacances jeunes permettent jusqu’à 4 semaines de congés payés (rémunéré à 65 %).

Tu as également droit à des vacances européennes (5 jours) : plus d’infos dans le chapitre « Envie d’ailleurs »

Consulte ce site pour plus d’infos sur les vacances jeunes : https://emploi.belgique.be/fr/themes/jours-feries-et-conges/vacances-jeunes

 

3- Comment mettre fin à ton contrat ?

 Il existe plusieurs façons de mettre fin à un contrat, que ce soit voulu… ou pas !

  Préavis Modalités Chômage
Démission Calculé suivant l’ancienneté sinon indemnité à payer de ta part Quand on veut, mais règles à respecter notamment en termes de préavis En principe pas de chômage.

Pour échapper à cette sanction, certains travailleurs s’arrangent avec leur employeur pour faire une rupture de commun accord ou pour se faire licencier. L’ONEM contrôle le motif indiqué sur le C4.

Licenciement Oui ou indemnité de la part de l’employeur Règles à respecter de la part de l’employeur pour les travailleurs protégés (syndiqués, femmes enceintes…) Cela dépend du motif pour lequel tu t’es fait licencier. Pour avoir droit aux allocations de chômage, tu dois être au chômage pour des raisons indépendantes de ta volonté. Si tu es licencié(e) par ta faute, tu n’as en principe pas droit au chômage.
Rupture de commun accord En principe, il n’y a pas de préavis à prester ni d’indemnité perçue Employeur et travailleur décident ensemble de mettre fin au contrat de travail. La rupture de commun accord est possible pour tous les types de contrats de travail : CDI, CDD, contrat de remplacement, contrat de stage, etc. L’employeur et le travailleur ont intérêt à confirmer la rupture de commun accord dans un écrit, en 2 exemplaires signés par chacun d’eux. En principe, pas de chômage. Pour échapper à cette sanction, certains travailleurs s’arrangent avec leur employeur pour se faire licencier. L’ONEM contrôle le motif indiqué sur le C4.
Rupture

du contrat à durée déterminée (CDD)

Certaines conditions permettent de mettre fin au CDD s’il se termine durant la première moitié du contrat (avec préavis). En principe, le CDD se termine à la date prévue, pas avant. Mais il y a des exceptions : d’abord, le CDD peut prendre fin comme le CDI pour : motif grave ; force majeure ; décès du travailleur ; commun accord entre employeur et travailleur. En dehors de ces cas, celui qui met fin au CDD avant la date prévue doit en principe payer une indemnité de rupture. En principe, oui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Source : www.droitsquotidiens.be

 

 Plus d’infos sur les différentes ruptures de contrats sur le site de Droits Quotidiens ASBL : bit.ly/2Fc6I2Z

Catégories : travail

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *