Temps de lecture : 3 minutes

1. Faire ton bilan

 S’il est utile de faire le bilan général à la fin de ton projet, il est bon de faire une pause de temps en temps durant le parcours pour évaluer les différentes étapes. Faire le point permet de tirer les leçons positives et négatives de ce que tu as réalisé et aussi de comment tu y es arrivé. Cela permet de réajuster, de revoir, de modifier et parfois de recommencer certaines étapes. Cela t’évite de répéter les mêmes erreurs, de perdre du temps ou des moyens …

Sur base de ton dossier de présentation, tu peux revenir à l’origine de ton projet, revoir les objectifs fixés et évaluer s’ils ont été atteints. De même pour chaque partie du projet.

Tu peux évidemment évaluer les compétences que ton projet t’a permis d’acquérir, les processus que tu as mis en place, les résultats que tu as obtenus ou encore l’impact de ton projet.

  • Une méthode ?
    • Définis ce que tu veux évaluer ;
    • Pense aux bonnes questions à poser (à toi, tes partenaires, aux bénéficiaires …) ;
    • Utilise les outils les mieux appropriés (sondage, questionnaire, rencontres …) et
    • analyse.

Tu vas être surpris de tout ce que tu as été capable de faire.

Pour aller plus loin : télécharge le guide « faubouger »

2. Communiquer avec tes partenaires

 Garder le contact, raconter l’histoire de ton projet et la commenter, expliquer tes réussites et tes échecs, montrer des photos, des vidéos … tout cela est essentiel si tu veux garder la sympathie et l’appui de tes partenaires. Ils font aussi partie de ton aventure et sont autant de voix qui parlent de ton projet.

3. Mettre en valeur tes expériences acquises

 Faire naître un projet, le porter tout au long du parcours et le faire aboutir est très enrichissant. Tout l’investissement personnel, les contacts, les rencontres, les découvertes, les solutions, les initiatives, les réalisations, les maîtrises dans différents domaines… Bref, toute l’expérience vécue t’a fait acquérir des compétences qui te seront certainement utiles. Tu as aiguisé ton sens de l’organisation, découvert tes talents en communication ou en relations humaines, gagné en autonomie ou en capacité de prise de décisions voir en adaptabilité.

Ce serait dommage de laisser tout cela de côté notamment lors de la rédaction de ton CV.

    • Une fois le projet abouti, prends le temps de la réflexion et note à un endroit où tu pourras la retrouver, la liste de tout ce que ce projet t’a permis d’apprendre non seulement sur le terrain, mais aussi sur toi-même, sur tes capacités et ton potentiel à tous niveaux.
    • AKI est un projet européen contribuant à identifier et à valoriser, sur le marché du travail et dans la société, les compétences développées en mobilité internationale par les jeunes de 18 à 30 ans, hors cursus scolaire. Même s’il s’agit d’un outil consacré à la mobilité internationale, il peut être utilisé pour toute autre expérience personnelle.
      aki-mobility.org/fr/projet-aki-erasmus

Pour aller plus loin : télécharge la grille de référence AKI et les kits d’outils de valorisation AKI

4. Faire grandir le projet

 Te voilà au bout du voyage, le projet est arrivé à destination et pourtant tu te dis qu’il pourrait tracer sa route bien plus loin encore. Les résultats et le chemin accompli t’ont ouvert de nouveaux horizons. Le projet n’a fait qu’augmenter la passion et tu te vois bien y consacrer une bonne tranche de vie.

Il est alors préférable de réfléchir à construire une structure qui va lui permettre de bien continuer à vivre et pourquoi pas de grandir.

Pour y voir plus clair : va voir les différents statuts possibles pour créer une association

Catégories : Projets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *