Temps de lecture : 3 minutes

1. Les bonnes questions

  • WHAT (quoi ?) Ton projet c’est quoi exactement ? (son ou ses objectif(s) ? Dans quel domaine ? Est-ce que ça existe déjà ? Qu’apportes-tu d’original ?) Quels sont tes moyens d’action (ressources humaines, techniques, financières, compétences) ? Quels sont les limites, les freins éventuels ?
  • WHY (pourquoi?) Quelles sont tes vraies motivations (aider, découvrir, apprendre …) ?
  • WHO (qui pour qui?) Toi seul ou avec d’autres ? Qui sera le responsable ? Qui fait quoi ? Quels sont vos atouts et vos faiblesses ? En faveur de qui précisément ?
  • WHEN (quand?) Quand commencera ton projet et quand sera-t-il terminé (one shot ? répétitif ? à durée indéterminée ?)
  • WHERE (où ?) Quelle est sa portée géographique(locale ? régionale ? nationale ? internationale ?)

Garde une trace des questions posées et des réponses trouvées. Cela t’évite de refaire plusieurs fois le même chemin et t’offre un regard sur l’ensemble. Si tous les intervenants disposent de ces infos c’est encore mieux, alors partagez vos ressources.

2. Brainstorming

Pour réaliser ton projet, le chemin qui te semble le plus direct n’est pas forcément le plus intéressant. Il te faudra parfois faire demi-tour parce que tu fais fausse route, que le chemin est impraticable, qu’il conduit à un cul-de-sac et qu’il est préférable de revenir à une étape précédente pour mieux repartir vers ton objectif. Normal, c’est ça un projet.

Penser à tout, mais penser surtout!

Tout est à faire alors autant lancer un maximum d’idées et de réflexions, même (et surtout) les plus farfelues. Elles ouvrent des pistes et offrent d’autres directions parfois bien intéressantes même si elles sont surprenantes. On appelle cela faire un « brainstorming », une façon de secouer toutes les idées pour dépasser les premières qui sont souvent banales. Ce « remue-méninges » est un moyen bien pratique et bien marrant à utiliser chaque fois qu’il faudra trouver des solutions ou des alternatives face à un imprévu.

Pour aller plus loin : télécharge des outils de brainstorming

3. Infos à gogo

Prendre contact avec des personnes ou des associations ayant de l’expérience dans le domaine qui t’intéresse est très utile. Cela peut te faire gagner du temps, de l’efficacité ou, du moins, dégrossir le terrain. Il existe par exemple des fédérations qui soutiennent les initiatives dans des domaines divers.

Ces fédérations peuvent :

  • te renseigner sur d’autres projets semblables au tien ;
  • te conseiller des publications sur le sujet qui t’intéresse ;
  • te tuyauter sur des aides possibles ;
  • te donner des conseils sur la qualité du matériel nécessaire, les pièges à éviter, les bons plans…

Tu peux aussi contacter des associations ou des projets similaires au tien. Ils sont des sources d’infos sur leur fonctionnement, leurs partenaires ou encore sur les avantages et les obstacles rencontrés dans la pratique.

Pose des questions, rencontre des gens, consulte les textes légaux et compare les données.

Pour aller plus loin télécharge un outil pense-bête

4. Forces et faiblesses

Après t’être bien renseigné, prends le temps de faire le point, de rassembler tes idées et de te poser (encore) quelques questions :

  • Est-ce une vraie bonne idée ? Peut-elle être complétée par d’autres ? Suis-je bien motivé ?
  • Ton projet est-il réaliste et réalisable en fonction de tes sensibilités, de tes disponibilités, de tes atouts personnels ?
  • Ton objectif est-il réellement porteur ?
  • Es-tu prêt à revoir ton projet, à le modifier, à l’adapter ?
  • Quelle énergie es-tu prêt à investir et pendant combien de temps ?
  • Ce qui existe de semblable fonctionne-t-il et comment ?
  • Faut-il renforcer tes compétences, créer ou étoffer une équipe autour du projet ?
  • Quelles sont tes forces et tes faiblesses ?
  • De quelles ressources supplémentaires as-tu besoin ?
Catégories : Projets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *