Temps de lecture : 4 minutes

Gratin d’initiatives marinées sur lit d’agir et crème de sens

  • Préparation pour autant de personnes : prendre le temps nécessaire.
  • Cuisson : fournir une certaine chaleur pendant un certain temps.
  • Dégustation : à volonté pendant et après l’action.

Que le cuistot soit expérimenté ou non n’a aucune importance s’il sait s’entourer de ressources utiles. Toute collaboration est la bienvenue si elle est constructive et bienveillante.


1- Ustensiles nécessaires
Impossible de faire revenir quoi que ce soit sans source d’énergie et chaleur constante. Pour arriver au bout de la cuisson il faudra l’énergie nécessaire pour donner un petit coup de chaud au besoin et maintenir le tout à bonne température jusqu’au bout.

Choisir les ustensiles qui te conviennent le mieux (à toi et à tous ceux qui participent au projet).
ATTENTION, chacun a son mode d’emploi et son utilité à bien s’approprier.

  • 1 dossier de présentation bien ficelé ;
  • 1 outil de planification et d’organisation accessible à tous et bien fourni ;
  • 1 budget prévisionnel pas trop optimiste.

2- Ingrédients : 5w
Avant de commencer, 5 ingrédients « W » indispensables :

  • 150 gr de WHAT? C’est quoi le projet exactement ?
    Le définir clairement et lui trouver un nom court et significatif ?
  • 150 gr de WHY? Pourquoi ce projet ? Quel est son (ou ses) objectif(s) précis ? Est-ce que cela a du sens de lancer ce projet (pour moi, pour les autres) ? Et si ce projet n’existait pas ?
  • 150 gr de WHO? Qui et pour qui ? Qui fait quoi pour le bien de qui ? En parler au moins avec les bénéficiaires semble nécessaire… qui se sent responsable de quoi ? Qui contribue à quoi ? Qui maîtrise quoi ? Qui peut nous épauler ?
  • 150 gr de WHEN? Quand le projet commence et quand il devrait être abouti ?
  • 150 gr de WHERE? À partir d’où et où se déroule le projet ?

Garder une trace des questions posées et des réponses trouvées, cela évite de refaire plusieurs fois le même chemin et offre un regard sur l’ensemble. Si tous les intervenants disposent de ces infos c’est encore mieux, alors partageons nos ressources.

3- Pour la marinade
Une fois les ingrédients préparés, laisser reposer au moins quelques jours à température ambiante. L’idée de départ doit pouvoir s’assouplir pour s’adapter au mieux à ses différentes composantes. Les ingrédients dans lesquels elle va tremper vont lui donner tout son caractère tout en lui assurant la souplesse et les couleurs nécessaires pour que chacun l’apprécie à sa juste valeur.

  • 120 gr de brainstorming : un gros micmac d’idées à gogo, des plus réalistes aux plus folles, de quoi découvrir des pistes inimaginables au premier abord, mais peut-être géniales alors pourquoi s’en priver ?

télécharge des outils de brainstorming

  • 750 gr d’infos : les meilleures sont celles de projets qui ressemblent à ton idée. On les trouve dans des associations ou des fédérations qui ont de l’expérience dans le domaine de ton projet ou dans des projets existants qui pourront te conseiller. Curiosité et comparaisons indispensables.

Tu cherches des idées inspirantes ? Va faire un tour sur faubouger.be, la plateforme web de coopération dédiée aux projets des jeunes.

  • 87,5 gr de mise au point : est-ce une vraie bonne idée ? Est-ce réaliste ? Est-ce réalisable « techniquement » ? L’objectif est-il porteur ? Suis-je prêt à adapter ma vision et mon projet ? Ai-je besoin de ressources ou compétences en plus ? Mes forces ? Mes faiblesses ? Ce qui existe de semblable fonctionne-t-il et comment ? Quelle énergie suis-je prêt à investir et pendant combien de temps ? … Faire le tour de la question.
  • 300 gr de précisions : la réponse que notre projet propose au problème que nous voulons résoudre doit être la plus affinée possible : le problème doit être bien défini et la réponse bien ciblée.

4- Pour la cuisson

  • Cuisson à 180° : l’essentiel est d’avoir l’énergie nécessaire pour une cuisson idéale de tous les ingrédients. Le temps de cuisson varie en fonction de la source de chaleur.
  • 1re étape : vérifier les 7 épices du projet de base
    est-ce que son objectif est bien concret ?
    est-il défini dans le temps avec une date fixée de réalisation ?
    est-il défini « positivement » ?
    est-il évaluable selon des critères définis ?
    est-ce que j’ai tout pouvoir pour le faire aboutir ?
    est-ce que je sais avec qui, quand et où il sera atteint ?
    est-ce que j’ai évalué ses conséquences voulues ou non ?
  • 2e étape : préchauffer le four
    Définir des opérations concrètes exprimées en verbes d’action. C’est ce qu’on appelle construire un plan d’action. Ce plan peut se décliner en rétroplanning.
    Répartir les tâches (qui fait quoi pour quand) et ajouter les ressources nécessaires manquantes.
    Enfin, évaluer le coût des différentes étapes et actions définies.
  • 3e étape : cuisson
    Une fois enfourné, le projet prend de la couleur, de la saveur et laisse planer des parfums mélangés et des goûts qui s’harmonisent. C’est le moment de profiter, de voir la magie opérer, de goûter.
    ATTENTION,  il faudra arroser de jus de temps en temps, rectifier peut-être un peu l’assaisonnement voir adapter la température ou le temps de cuisson.
  • 4e étape : sous le grill
    Et pour lui apporter tout son croustillant et sa belle couleur dorée, c’est le moment de le faire passer sous le grill, de faire connaître la richesse de ce merveilleux plat mijoté.
Catégories : Projets

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *