Temps de lecture : 1 minute

1- Le retroplanning

Une des premières choses à mettre en place est un rétroplanning.

Son principe est de partir de la date à laquelle ton projet devrait être achevé et de lister « à reculons » sur une ligne du temps les différentes tâches qui te permettront d’arriver à destination à la date fixée.

POURQUOI ?
Te mettre un objectif final dans le temps te permet d’entrevoir l’arrivée et de te motiver. Mais surtout il t’aide à t’organiser et à préciser l’itinéraire en fonction du temps évalué pour réaliser chaque étape du projet.

COMMENT ?
Tu commences donc par faire la liste des tâches à réaliser et qui en est responsable.

Ensuite tu les organises sur ta ligne du temps, dans l’ordre, en fonction de la durée estimée pour leur réalisation.

Le rétroplanning vous servira à garder à l’esprit les échéances à respecter, évaluer l’état d’avancement du projet et gérer la répartition des tâches.

La règle des 2 « P » : un bon rétroplanning est Précis et Prudent.

Précis permet d’avoir une meilleure vision et donc d’ajuster et d’anticiper. Prudent permet de rester réaliste en prévoyant des marges de sécurité.

Télécharge un modèle de retroplanning

Logiciels de rétroplanning : planilog, Gantt project, day organizer, soplanning…

2- La présentation « test »

10 à 20 min pour t’exposer… et exposer ton projet !

La présentation « test » est un exercice très utile à réaliser. Comme une répétition générale avant un spectacle, elle te met à l’aise avec tout le contenu de ton projet et te permet de savoir s’il est bien compris par tout le monde (l’idée, l’objectif, les moyens…).

Tu peux te tester facilement face à des amis, à ta famille ou à toute autre personne de confiance qui pourra te donner un avis réaliste, constructif et bienveillant.

Catégories : Projets

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *