Temps de lecture : 4 minutes

C’est parti, voici quelques exemples pour te donner des idées. Ne te limite pas à ceux-ci et explore tes propres pistes, notamment en te présentant spontanément chez les employeurs que tu as choisis ou en faisant fonctionner le bouche-à-oreille :

  • Tu peux tout d’abord te concentrer sur les endroits où tu souhaiterais vraiment travailler (genre, LE magasin de fringues ou tu te rends toutes les semaines)
  • Ensuite, tu peux effectuer tes recherches suivant ta mobilité (genre, t’es en vélo donc tu peux chercher à quelques kilomètres à la ronde)
  • Le job étudiant peut aussi être un moyen de tester ton futur métier ! N’hésite pas à postuler même si tu penses que l’entreprise n’engagera jamais d’étudiant, on ne sait jamais !

1. Quelques pistes à explorer

  •  La province de Luxembourg étant réputée pour la qualité de son accueil aux touristes, l’Horeca (Hôtel-Restaurant-Café) et les services de tourisme sont à la recherche de main-d’œuvre pendant l’été. Il est parfois nécessaire de parler le néerlandais. Surfe sur www.luxembourg-belge.be pour te donner des idées d’endroits où postuler.
  • Pense aux manifestations d’été telles que la Foire Agricole de Libramont, le Labyrinthe de Durbuy, les festivals… ;
  • Les sites qui rassemblent un grand nombre d’offres publiées sur Internet, comme be.indeed.com, pour les consulter et les recevoir par email (écris « étudiant » comme objet de recherche) ou www.student.be ;
  • Les agences intérims. Il est préférable de t’inscrire d’abord par Internet sur le site de l’agence et ensuite te rendre sur place avec ton dossier complet (CV, carte d’identité, carte bancaire, attestation scolaire et attestation des 475 heures). Il faut également les recontacter régulièrement afin d’avoir toutes tes chances d’être recruté ;
  • Les grandes surfaces recrutent des étudiants pour les caisses, réassortir les rayons… ;
  • Les commerçants près de chez toi ;
  • Les Administrations communales ;
  • Les services jobs d’étudiant des universités et des écoles supérieures (ULB, UCL, UMH, FUNDP…) ;
  • Le baby-sitting via La Ligue des Familles (www.laligue.be/Public/babysitting/), par annonces ou via l’application Bsit (bsit.com/fr/sitter) ;
  • Les sociétés de nettoyage industriel ;
  • Les plaines et camps de vacances embauchent des animateurs (souvent via les Administrations communales et les mutuelles). Pour te renseigner sur le brevet d’animateur consulte la p.16.

Attention ! L’employeur peut t’engager dans le cadre d’un travail socioculturel (maximum 25 jours par an chez un ou plusieurs employeurs). Dans ce cas, ton contrat ne sera pas pris en compte au niveau des cotisations sociales et donc n’aura pas d’influence sur ton quota de 475 heures en tant que jobiste.

Pour aller plus loin : tu trouveras sur le site de Student@Worktoute une liste de sites proposant des pistes vers ton futur job étudiant.

Pour aller plus loin : télécharge un document qui reprend par secteur d’activité les tâches possibles à effectuer, le profil demandé, les conditions de travail…


En choisissant un job d’étudiant, pense également à ce qu’il apportera à ton CV, en quoi il t’aidera à l’étoffer : prises de responsabilités, travail autonome ou en équipe, pratique d’une langue étrangère, connaissance d’un secteur d’activité, manipulation de matériel, première mise en pratique de tes études…

2. Étudiants indépendants

Tu as la possibilité, en tant qu’étudiant, de développer ta propre activité professionnelle ou artisanale. Pour ce faire, tu peux acquérir le statut d’étudiant-indépendant.

Les démarches à effectuer sont les mêmes que pour devenir indépendant.

  • Il y a 3 conditions à respecter pour obtenir ce statut :
    • Être âgé de 18 ans à 25 ans.
    • Être inscrit comme étudiant à titre principal (être inscrit au minimum pour 27 crédits (ECTS) par année académique ou scolaire. A défaut d’études exprimées en termes de crédits, tu dois être inscrit pour suivre au moins 17 heures de cours par semaine) et suivre régulièrement les cours (attestation de présence au cours et/ou attestation prouvant que tu as passé tes examens)
    • Exercer une activité professionnelle en tant que travailleur indépendant (sans lien de subordination vis-à-vis d’un employeur).

En plus des démarches à effectuer auprès d’un guichet d’entreprise, tu dois t’affilier à une caisse d’assurances sociales. Tu dois également fournir une attestation d’études de l’établissement scolaire dans lequel tu es inscrit.

  • Quelles cotisations sociales dois-je payer?
    • Si ton revenu annuel n’atteint pas 6.775,25 € : tu n’es redevable d’aucune cotisation sociale.
    • Si ton revenu est compris entre 6.775,25 € et 13.550,50 € : tu es redevable d’une cotisation réduite. En fonction de ton revenu, ta cotisation peut dans ce cas varier de 0 € à 347,23 € par trimestre.
    • Si ton revenu est égal ou supérieur à 13.550,50 €, tu dois cotiser en tant qu’indépendant à titre principal sur l’ensemble de tes revenus : tu paies donc une cotisation qui s’élève au minimum à 694,46 € par trimestre (en 2018).

Attention ! Durant tes trois premières années complètes d’activité, tu payeras une cotisation sociale provisoire forfaitaire d’environ 77 € par trimestre (en 2018).

Tu peux cependant demander à ta caisse de ne pas payer de cotisations sociales si tu as une idée précise de tes revenus et que tu es en mesure de démontrer sur la base d’éléments objectifs que ces revenus ne dépasseront pas le seuil de 6.775,25 € (en 2018).

Méfie-toi des employeurs peu scrupuleux désirant profiter de ce statut.

Nous te conseillons de lire la fiche rédigée par nos collègues de Bruxelles-J à ce sujet :

bit.ly/2fbyVc1


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *