Temps de lecture : 4 minutes

1- Puis-je me déplacer pour rejoindre mon kot ?

À l’heure actuelle, selon les autorités , tous les voyages et déplacements non essentiels sont interdits. Les étudiants doivent choisir une fois pour toute entre rester dans leur kot ou chez leurs parents.

Si tu prends la voiture pour te rendre à ton kot, tu risques de t’exposer à une amende pouvant aller jusqu’à 250 €. En cas de contrôle, tu peux toujours expliquer ta situation à l’agent de police (par exemple : nécessité d’aller chercher des affaires pour continuer à étudier) mais il a le choix de se montrer compréhensif ou non, au regard de la pertinence de tes explications. On pourrait notamment invoquer que, par analogie aux travailleurs qui sont autorisés à se déplacer dans le cadre de leur travail, les étudiants ont également le droit de se déplacer vers leur kot pour récupérer les affaires indispensables à leur travail.

Toutefois, il se peut que le discours quant aux règles de confinement change dans les prochaines semaines et autorise, entre autres, la mobilité des étudiants entre leur domicile et leur logement sur le campus (par exemple : pour se rendre aux examens). L’avenir nous dira si elles sont prolongées ou réévaluées. Nous t’invitons donc à suivre l’actualité à ce sujet.


2- Mon propriétaire peut-il m’empêcher d’avoir accès à mon kot pendant le confinement ?

Non !

Ton propriétaire ne peut t’interdire l’accès à ton kot pendant le confinement. En effet, tu continues à louer le bien, et ce, même si les cours sont suspendus. C’est le principe de jouissance paisible du bien.

Il peut, par contre, s’arranger avec toi pour suspendre le contrat de location le temps du confinement. Dans ce cas, tu ne devras plus payer de loyer mais en contrepartie, tu n’auras plus accès à la chambre.


3- Dois-je me rendre à mon job étudiant alors qu’il y a des mesures de confinement ?

Oui, sauf si :
– Tu as une santé fragile car tu es alors considéré comme une personne à risque (par exemple : faible immunité, diabète) ;
– Tu es atteint par le coronavirus ou tu en présentes des symptômes (par exemple : toux, fièvre, perte de goût, douleurs musculaires, détresse respiratoire).

En dehors de ces hypothèses et si ton employeur ne t’a pas donné d’indication contraire, tu dois te rendre sur ton lieu de travail, si celui-ci est resté ouvert.

Néanmoins, tu peux toujours demander à ton employeur de faire du télétravail. Celui-ci a même le devoir de le mettre en place si c’est possible pour l’entreprise. Si ce n’est pas le cas, tu peux toujours lui proposer d’instaurer certaines mesures exceptionnelles (par exemple : prévoir un horaire décalé pour éviter les heures de pointe dans les transports en commun).

À l’heure actuelle, contrairement à la France, il n’est pas nécessaire d’apporter une preuve qui atteste de ton déplacement vers ton lieu de travail.


4-Puis-je m’absenter de mon job étudiant en attendant la fin de la propagation du virus ?

Non, sauf si :
– Tu as une santé fragile (par exemple : faible immunité) ;
– Tu es atteint par le coronavirus ou que tu en présentes des symptômes (par exemple : toux, fièvre, douleurs musculaires, détresse respiratoire).

Dès lors, tu dois immédiatement prévenir ton employeur qui suspendra ton contrat de travail car tu es une personne à risque. Sache qu’il est également en droit de te demander un certificat médical attestant de ta maladie ou du risque que tu représentes.

Par contre, si tu ne veux pas te rendre sur ton lieu de ton travail « simplement » par peur d’attraper le coronavirus, ton absence pourra être perçue comme injustifiée (synonyme de faute grave) et ton employeur pourra mettre fin à ton contrat de travail, sans préavis ni indemnités.

Il faut cependant qu’il limite les risques auxquels il t’expose, en te proposant un cadre de travail sain (par exemple : veiller à des lieux de travail propres et hygiéniques par une désinfection régulière de ceux-ci) et des mesures adaptées (par exemple : décaler ton horaire de travail pour éviter les heures d’affluence).

Si tu penses que ton employeur ne respecte pas ces règles, tu peux prendre contact avec les services suivants (et dans cet ordre) :

  • En premier lieu, ton employeur et/ou la ligne hiérarchique (ton supérieur hiérarchique direct) ;
  • Ensuite, les membres du Comité pour la prévention et la protection au travail (ou, en leur absence, la délégation syndicale) ;
  • Troisièmement, le conseiller en prévention du Service interne et/ou externe pour la prévention et la protection au travail ;
  • Quatrièmement, la direction régionale compétente de la Direction régionale compétente du Contrôle du bien-être au travail ;
  • Enfin, les forces de police locales.

Tu te poses d’autres questions ?

Rends-toi sur la FAQ de la Fédération Infor Jeunes


Voici les sites où tu trouveras les informations officielles :
Catégories : coronavirusFOCUS

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *