Temps de lecture : 4 minutes

1- Prépare ton retour

En rentrant de ton séjour à l’étranger, tu vas peut-être recommencer ou continuer des études ou rechercher un emploi.

Tu devras alors éventuellement veiller à :

  • Ta recherche de kot. Si en rentrant de ton séjour à l’étranger tu comptes reprendre des études et louer un kot, penses-y ! Car il faut souvent s’y prendre quelques mois à l’avance pour avoir le choix d’un logement étudiant qui te conviendra. Prends donc tes dispositions pour ne pas te retrouver à la rue en septembre 😉
  • L’équivalence de ton (tes) diplôme(s). Si tu as suivi des études ou une formation et que tu as obtenu un diplôme, il serait intéressant ou même nécessaire dans certains cas (pour continuer des études ou trouver un travail), de le faire reconnaître en Belgique. Pour cela, tu devras introduire une demande au Service des équivalences de la Fédération Wallonie-Bruxelles — www.equivalences.cfwb.be.

2- Valorise ton expérience

  • Dans ton CV ou ta lettre de motivation. Au cours de ton expérience à l’étranger, tu as sûrement développé de nombreuses compétences : compétences linguistiques, compétences professionnelles, autonomie… N’hésite pas à les mettre en avant ! En effet, ton voyage à l’étranger est une expérience au même titre que les autres, il est donc tout à fait recommandé de l’inclure dans ton CV et/ou ta lettre de motivation !
    Dès lors, tu pourras, lorsque tu postuleras pour des plaines communales par exemple, détailler dans ta lettre de motivation, en quoi ton mois de volontariat dans un orphelinat au Bénin a pu te permettre de développer ton sens du contact et des responsabilités ainsi que tes compétences en animation.
    De plus, ce genre d’expérience te permet souvent de développer des compétences non formelles (c’est-à-dire qui n’ont pas été acquises dans un cadre formel comme l’école par exemple). Il s’agit des compétences telles que la confiance en toi, l’ouverture aux autres, la capacité d’adaptation, le sens du contact… Elles sont à prendre en compte autant pour ton avenir professionnel que pour ta vie personnelle !

AKI est un outil né d’un projet européen qui t’aide à identifier et à valoriser les compétences non formelles que tu as développées lors de ton expérience de mobilité internationale. Tu le trouveras sur les sites www.aki-mobility.org et www.aki-app.org/fr.

  • Via ton Europass. Ce document décrit les périodes de stage ou de formation effectuées en Europe. Il a pour objectif de mettre en évidence les compétences acquises lors d’une expérience professionnelle en mettant en évidence les activités réalisées et les résultats obtenus. C’est une preuve officielle du succès de ton parcours européen qui est reconnu partout en Europe. Plus d’info sur www.moneuropass.be.
  • Via ton Youthpass. Il s’agit d’un outil européen de reconnaissance de la participation et de l’expérience d’apprentissage non formel acquise en prenant part à un projet Erasmus+/Jeunesse en Action. Les participants de ces projets peuvent décrire ce qu’ils ont réalisé et montrer ce qu’ils ont appris au cours d’un projet. Plus d’info sur www.lebij.be/youthpass.
  • En validant tes compétences. Il se peut que durant ton voyage, tu aies acquis des compétences professionnelles. Sache qu’à partir de 18 ans, il est possible de les faire reconnaître en Belgique et d’obtenir un titre de compétences qui te permettra d’accéder à la profession correspondante. Pour cela, tu devras réussir une épreuve de validation de tes compétences dans un centre de validation agréé. Durant tout ce processus, tu seras accompagné par un conseiller. Plus d’info auprès du Consortium de validation des compétences (CVDC) – 0800/939.47 (Wallonie) – www.cvdc.be.
  • En récupérant ton droit aux allocations de chômage. Si durant ton séjour à l’étranger tu as travaillé plus de 3 mois, tu dois prévenir ton organisme de paiement (syndicat ou CAPAC) afin qu’il puisse valoriser ce travail dans le calcul de tes allocations de chômage (si tu rentres dans les conditions pour les percevoir à ton retour). Si tu es parti dans un pays de l’EEE, tu devras demander à l’organisme compétent en matière de chômage dans ton pays de destination de remplir le formulaire U1. Si tu es parti dans un pays hors de l’EEE, tu devras demander à ton employeur à l’étranger de te donner une attestation.
Catégories : Envies d'ailleurs

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *