Derniere mise à jour 12 Avr 2021

Temps de lecture : 10 minutes

1- Les allocations familiales

  • Si tu es né à partir du 1er janvier 2001, tu conserveras tes allocations familiales sans aucune condition ou vérification jusqu’à tes 18 ans. Entre tes 18 et 21 ans, ton droit sera semi-automatique : aucune vérification ne sera faite, mais certaines situations t’excluront de ce droit (par exemple, tu ne devras pas percevoir d’allocations sociales, ne pas travailler comme salarié ou indépendant…). Pour plus d’infos sur ces conditions : https://bit.ly/32WpxBx 
  • Si tu es né avant le 1er janvier 2001, tu conserveras tes allocations familiales sans aucune condition ou vérification jusqu’à tes 18 ans.
  • Si tu es né avant le 1er janvier 2001 et que tu as entre 18 et 25 ans ou si tu es né après le 1er janvier 2001 et que tu as entre 21 et 25 ans, tu devras satisfaire à différentes conditions en fonction de la nature de ton voyage :
    • ⇒ Si tu étudies dans un pays de l’espace économique européen (EEE) ou un pays avec lequel la Belgique a conclu des accords bilatéraux, tu conserveras ton droit aux allocations familiales aux mêmes conditions qu’en Belgique (conditions pédagogiques, revenus…).  

Les pays de l’EEE autres que la Belgique sont les suivants : Allemagne, Autriche, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Slovaquie, Slovénie et Suède.
Et les pays ayant conclu des accords bilatéraux avec la Belgique sont les suivants : Algérie, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Macédoine, Maroc, Monténégro, Serbie, Tunisie, Turquie. Attention, des conditions supplémentaires devront parfois être rencontrées. Pour plus d’infos, contacte ta caisse d’allocation.

    • ⇒Si tu étudies dans un pays en dehors de l’espace économique européen (EEE) qui n’a pas conclu d’accords bilatéraux avec la Belgique, tu devras répondre à certaines conditions en fonction de ta situation :
      • Si tu suis des études de niveau supérieur après avoir obtenu un diplôme de l’enseignement secondaire ou sans avoir obtenu de diplôme de l’enseignement supérieur en Belgique ou à l’étranger, tu bénéficieras d’allocations familiales tout au long de tes études ;
      • Si tu suis des études de niveau non supérieur (par exemple, 2e rhéto) ou que tu suis des études de niveau supérieur et que tu as déjà un diplôme d’études supérieures (en Belgique ou à l’étranger), tu bénéficieras alors d’allocations familiales uniquement pendant la 1re année ;
      • Si tu as obtenu une bourse belge (par exemple bourse Erasmus) ou étrangère, tu bénéficieras alors d’allocations familiales pendant une durée maximale de 1 an.
    • ⇒Si tu voyages pour ton loisir, ton séjour se déroulera soit pendant les vacances d’été et ne pourra pas dépasser 2 mois, soit pendant d’autres congés scolaires et ne pourras pas dépasser 120 jours (sur l’année civile) ;
    • ⇒ Si tu effectues un séjour médical, celui-ci ne pourra dépasser 6 mois ;
    • ⇒ Si tu te trouves dans un pays dans lequel un de tes parents (qui reste soumis à la sécurité sociale en Belgique) a été envoyé par son employeur pour y travailler pour une durée limitée, tu conserveras ton droit aux allocations familiales.

Si tu ne satisfais pas à ces conditions, tu peux faire la demande d’une dérogation ministérielle au SPF Sécurité Sociale ou auprès de FAMIWAL

Dans tous les cas, ton droit aux allocations familiales s’arrête à tes 25 ans.

Tu dois rester domicilié en Belgique (ou si un de tes parents travaille en détachement, il doit avoir son siège social en Belgique) pour ouvrir ton droit aux allocations familiales. Aussi, dans tous les cas, préviens ta caisse d’allocation de ton séjour à l’étranger ! Des formulaires à remplir seront parfois nécessaires.

Télécharge le schéma synthétisant ton droit aux allocations familiales lorsque tu séjournes à l’étranger

FAMIWAL (Libramont) – 061/24.28.10 www.famiwal.be

2- La mutuelle

Avant ton départ, tu dois contacter ta mutuelle pour qu’elle te transmette le formulaire qui te permettra, le cas échéant, de te faire rembourser de tes soins de santé éventuels à l’étranger.

  • Si tu pars pour un séjour au sein de l’Union européenne, tu dois demander auprès de ta mutuelle la « Carte européenne d’assurance maladie ». Elle te permettra de bénéficier du remboursement des soins de santé imprévus et nécessaires (par exemple, soins pour une fracture) durant ton séjour en Europe. Plus d’infos sur www.mutas.be.

Cette carte est également valable pour les pays tels que la Suisse, la Norvège, l’Islande et au Liechtenstein.

  • Si tu pars pour un séjour hors Union européenne, tu dois te renseigner auprès de ta mutuelle pour vérifier si la Belgique a signé ou non une convention avec ton pays de destination. 

Vérifie auprès de ta mutuelle si tu es en ordre de cotisation pour l’assurance complémentaire. Dans ce cas, tu peux demander la « World Assistance Card ». Au dos de celle-ci, tu trouveras le numéro de téléphone de la centrale d’alarme Mutas à contacter en cas de soins médicaux urgents et imprévus. Plus d’infos sur www.mutas.be.

  • Si tu pars travailler hors de l’EEE et de la Suisse, tu peux aussi t’affilier à la sécurité sociale d’outre-mer qui te donnera accès à des assurances sociales (soins de santé, accident de travail…). Plus d’info sur https://bit.ly/346cOdd.

Dans tous les cas, n’hésite pas à contacter ta mutuelle pour vérifier les conditions d’assistance médicale et les conditions d’intervention pour ton pays de destination ! Si tu n’es pas assuré dans ton pays de destination ou que tu veux une couverture plus large (par exemple pour le rapatriement, la prise en charge de frais d’hospitalisation non urgents…), tu peux souscrire à une assurance de voyage privée. 

Il faut toujours conserver les attestations et les factures de soins reçues à l’étranger et prévenir rapidement ta mutuelle en cas d’hospitalisation ou d’incapacité de travail.

3- Si tu es demandeur d’emploi

  • Le stage d’insertion professionnelle
    Si tu es en train de prester ton stage d’insertion professionnelle, ton stage d’insertion ne s’interrompra pas si :
    • tu pars travailler à l’étranger et que ton emploi donne lieu au paiement des cotisations de sécurité sociale belge ;
    • tu pars suivre un stage ou une formation à l’étranger qui te permettra d’augmenter tes chances de trouver un emploi. C’est l’ONEM qui jugera si c’est le cas. Pour en faire la demande, remplis le formulaire C36.5.

    Par contre, il s’interrompra si :

      • tu pars suivre des études de plein exercice ;
      • tu pars en vacances. Dans ce cas, ton stage d’insertion sera prolongé du nombre de jours passés à l’étranger.

    • Les allocations d’insertion professionnelle ou de chômage
      Si tu bénéficies d’allocations d’insertion professionnelle ou de chômage, tu dois signaler ton départ à l’ONEM et au FOREM ainsi qu’à ton organisme de paiement. En fonction de ta situation et des raisons de ton voyage, l’ONEM ou le FOREM t’octroiera ou non une dispense qui te permettra de conserver tes allocations durant ton séjour.
      Dans tous les cas, sache que tu as le droit de partir en vacances 24 jours (samedis compris) par an maximum tout en conservant ton droit à ces allocations.

    • Les dispenses qui te permettent de partir à l’étranger.
      Les dispenses pour lesquelles l’ONEM est compétent :

      Si tu touches des allocations de chômage depuis au moins 4 semaines et que tu souhaites te rendre dans un pays européen dans le but d’y trouver du travail, tu as le droit de te les faire transférer dans le pays européen pour une période de 3 à 6 mois maximum. Pour cela, tu devras remplir le formulaire U2. Plus d’infos sur https://bit.ly/3oY5VpU 

      ONEM – 02/515.44.44 – www.onem.be

      Le FOREM quant à lui est compétent pour les dispenses à demander pour :

        • suivre un stage ;
        • suivre une formation ou certaines études à l’étranger.

      FOREM – 063/67.03.11 – www.leforem.be

      Si tu veux t’engager dans un projet pour lequel aucune dispense n’est prévue, tu peux rédiger un dossier de présentation en explicitant bien comment cette expérience sera un plus pour ta future employabilité. Il sera à adresser aux services du directeur régional de l’ONEM qui décidera de t’octroyer ou non une dispense.

      Si tu n’obtiens pas de dispense, tu as quand même le droit de partir à l’étranger. Sache simplement que cela entraînera la suspension de tes droits sociaux (de ton stage d’insertion ou de tes allocations d’insertion ou de chômage). Tu pourras les récupérer une fois de retour en Belgique si tu remplis toujours les conditions.

      4- Si tu es travailleur

      Si tu souhaites partir à l’étranger tout en conservant ton contrat de travail en Belgique tu peux prendre tes congés payés. Ceux-ci sont calculés en fonction du travail effectué l’année précédente. Si tu n’en as pas assez pour la durée entière de ton voyage, il existe plusieurs autres possibilités :

      • les vacances jeunes : si tu termines tes études à moins de 25 ans et que tu es occupé au moins 1 mois comme travailleur salarié cette même année, tu as droit à des congés supplémentaires payés par l’ONEM l’année suivante. Plus d’info : https://bit.ly/36J21Ym ; 
      • les vacances européennes : si tu commences ou reprends une activité professionnelle, tu as droit à 5 jours de vacances européennes rémunérées par 3 mois de travail à temps plein la même année. Attention que cette rémunération est en fait une avance sur ton double pécule de vacances de l’année suivante, elle sera donc déduite quand tu le recevras. 
      • l’interruption de carrière : tu peux la demander à ton employeur si tu travailles dans le secteur public. La période de cette interruption peut varier de 3 mois à 1 an maximum, au cours de laquelle tu pourras bénéficier d’une allocation de l’ONEM. Plus d’info : https://bit.ly/34rVQpZ ;
      • les congés sans solde : si tu ne travailles pas dans le secteur public, tu peux demander des congés sans solde à ton employeur (secteur privé). Il s’agit de congés qui ne seront pas payés, mais tu récupères ton temps de travail tel quel lors de ton retour. La durée est à définir avec ton employeur.

      Veille à faire la demande à ton employeur suffisamment à l’avance ! Par exemple, la demande d’interruption de carrière est à demander au minimum 3 mois à l’avance. Cela te permettra ainsi qu’à ton employeur d’organiser au mieux ton départ et ton remplacement éventuel.

      Télécharge notre brochure « Partir à l’étranger en 40 questions » pour plus d’infos sur tes droits sociaux en tant que demandeur d’emploi et travailleur ! Rendez-vous sur https://bit.ly/2rPHsdP

      5- Tes droits en tant qu’allocataire du CPAS

      • Le revenu d’intégration sociale (RIS) : si tu perçois le RIS (aide octroyée par le CPAS), tu peux partir à l’étranger pour 28 jours maximum par an en conservant ton droit. Si tu pars pour plus de 7 jours, tu devras obligatoirement prévenir le CPAS et donner la raison de ton séjour. Si tu dépasses les 28 jours, le RIS ne sera pas payé, sauf si le CPAS considère que le séjour se justifie par des circonstances exceptionnelles (formation, stage, secourir un membre de ta famille…).
      • L’aide sociale : si tu bénéficies de l’aide sociale, c’est le CPAS qui va apprécier ta situation (rien n’est prévu par la loi à propos des séjours temporaires à l’étranger). Ils peuvent appliquer les mêmes règles que pour le RIS. Tu dois dans tous les cas prévenir le CPAS de ton séjour, quelle que soit sa durée.


      0 commentaire

      Laisser un commentaire

      Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *